« L’homme n’avait même pas relevé la tête. Il avait passé sa commande sans regarder Sanchez, et, comme il avait gardé sa capuche, il était impossible de savoir si son visage était aussi terrifiant que sa voix, tellement rocailleuse qu’elle aurait pu remplir une pleine pinte de cailloux. »

Le livre sans nom –  Auteur Anonyme

le livre sans nom

Synopsis :

Dans une ville imaginaire d’Amérique du Sud, une ribambelle de personnages tous plus affreux les uns que les autres. Leurs routes et leurs histoires personnelles se croisent, sur un fond de chasseurs de primes, de Pègre, et de bars miteux.
Sanchez le patron et barman du Tapioca semble être un des piliers de toutes cette clique, et peut-être même un point commun à tous. Le Bourbon Kid, mystérieux et dangereux fait son apparition, précédé par sa réputation. Des moines, Kyle et Peto, livrés au monde dont ils ignorent tout, par leur « protecteur » pour une quête des plus mystérieuse elle aussi. Et d’autres encore, que je vous laisserai découvrir, tant ils sont nombreux… Et tout ce petit monde a volontairement, ou pas, un rapport avec « l’œil de lune », une pierre apparemment magique et qui se trouve donc au centre de toutes les convoitises.

L’avis de DDL :

J’ai cru lire un peu un roman policier dans un 1er temps, avec des personnages entre bandits de westerns et lie de la société, alcooliques et violents, tellement caricaturaux qu’ils en deviennent pathétiques (et même drôles). Les femmes sont quant à elles un peu trop absentes ou superficielles, mais bon c’est comme ça les femmes…
Effectivement, des flics, tout vite… Sur la trace du tueur en série le plus dangereux de tous les temps (rien que ça), le Bourbon Kid, avare de paroles et qui m’a semblé au départ, appartenir à la catégorie des « Justes ». Oui vous savez bien, pour ceux qui comme moi n’aime pas trop les gentils trop lisses, et préfère les repentis. Bin non, ce n’est pas tout à fait ça.
En fait j’ai bien aimé, j’ai lu vite, avec ces chapitres qui finissent en cliffhanger et du coup qui donnent bien envie de lire la suite. En plus, en passant d’un groupe de personnages à un autre, sans liens apparents au 1er abord on a vraiment envie de savoir le « pourquoi du comment ». Et je trouve que c’est un peu le problème. On devine pas mal de chose, et on reste un peu sur sa faim, peut-être parce que les choses ne sont pas assez approfondies. En tout cas c’est une belle parodie bad-ass qui m’a bien amusée et j’ai adoré les gros mots à profusion.
« Mais je m’en fous du Nightjar ! S’exclama-t-elle. JE VEUX PARLER DES VAMPIRES. Il y a vraiment des vampires dans cette ville ?
Oh, ça oui ! répondit Sanchez. Cette ville a toujours eu un problème de vampires. Aussi loin que quiconque s’en souvienne. C’est pour ça que c’est toujours une bonne nouvelle d’apprendre que Rodéo Rex est dans le coin. C’est le plus grand tueur de vampires qui existe. Encore plus fort que Buffy.
C’est qui Buffy ?
Sanchez et Jefe se regardèrent. Tous deux hochèrent la tête, effarés par l’ignorance de Jessica. »

 » Non, espèce de gros con ! bien sûr qu’elle n’a pas guéri ! Vous m’avez enfoncé un couteau dans le bras, vous vous rappelez ? Putain, et dire que vous êtes professeur ! « 

Il retira le collier et le tendit à Kacy.  » Tiens, prends cette saloperie et cogne-lui sur le crâne avec, s’il te plaît. »

L’avis de Ceriss :

Je n’ai pas aimé, voilà c’est dit, ce livre est trop « tout » ou plutôt trop « rien ».
J’ai trouvé des personnages sans aucune psychologie, peu travaillés, s’il n’y avait leur nom on ne pourrait pas les distinguer tellement ils sont tous semblables et au cours de la lecture j’ai parfois eu du mal à m’y retrouver.
Par exemple pour décrire Rodeo Rex : « Il était énorme. Vraiment énorme. C’était l’homme le plus massif que Kyle & Peto aient jamais vu. Il n’était que muscles : sa silhouette massive était absolument dépourvue de la moindre once de gras. »
Puis ensuite l’auteur nous décrit ce cher El Santino de cette façon : « Et des muscles, il en avait un sacré tas. C’était l’homme le plus robuste que Dante ait jamais vu. »
Blancs bonnets & bonnets blancs, si je ne m’abuse ?
J’ai cherché en vain le « loufoque » dont faisaient état maintes critiques de bloggeurs …peut-être l’ont-ils trouvés dans ce type de passages :
« Son cœur battait si fort qu’il couvrait le bruit du moteur de la Porsche. »
J’avais omis que Porsche fabriquait maintenant des voitures électriques, mais en même temps ça me passionne pas vraiment le salon de l’automobile. Ca me rappelle presqu’une tirade du sketch de Danyboon sur les Harlequins « le marque-ta-page »…enfin bref.
Les personnages féminins ?…quels mots pourrais-je employer ? Déjà il faut les trouver les pauvres héroïnes, elles se comptent sur les doigts d’une main ! et après bah pour faire simple en deux mots : stéréotype & mysoginie.
Bref, le seul intérêt était constitué par ce fameux « livre sans nom », mais bon si on s’’amusait à compter le nombre de pages qui traitent de cette vraie intrigue, on n’irait pas bien loin…et en plus ce n’est qu’un survol lointain.

Quelques passages étaient agréables à lire et bien trouvés, par exemple le passage sur la malédiction de l’épouvantail de Santa Modega m’a bien fait rire ; l’idée du Carnaval et la flopée de déguisements bien choisis : Terminator, Freddy Krueger, Gene Simmons des Kiss, Batman, Karaté Kid…
« Il n’y avait rien de pire que d’ôter la vie à un être vivant que ce soit par accident ou sciemment. Ca n’avait absolument rien d’agréable, peu importait la façon dont on travestissait les choses. »
Paradoxal, quand on voit le nombre de cadavres semés au fil de l’intrigue, et l’acharnement dont les héros font parfois preuve.
« Pendant presque une minute Dante & Kid lui tirèrent dessus sans discontinuer. »

Top chrono…c’est long 60 secondes sans discontinuer !

En résumé ce livre a en son sein, tous les ingrédients pour faire un excellent thriller, mais l’auteur ne fait que développer les mauvais et survoler ceux que j’aurais adoré qu’il explore… le soufflé est retombé vraiment dommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s