« L’homme que je n’eus pas le temps de connaître et que pourtant j’ai essayé d’oublier toute ma vie. »

Je n’ai pas toujours été un vieux con – Alexandre FERAGA (2015)

wp-1483998605837.jpg

Synopsis :

Suite à l’incendie de son appartement, Léon, septuagénaire de son état, se retrouve coincé dans un fauteuil roulant et pire encore aux Primevères, maison de retraite pour vieux croûlants, « des têtes ravagées posées sur des corps qui refusent de lâcher la rampe. ».
« Ma seule liberté se résume aujourd’hui à pisser à côté de la cuvette. »
Heureusement pour passer le temps, il y a l’avantageux fessier de Marylin.
« Elle revient moins de trente secondes plus tard avec mon plateau repas. C’est beau la jeunesse. Au menu, purée de pomme de terre, viande hachée, pain de mie et compote de poires. De la haute gastronomie infantile. »
Mais surtout ses deux nouveaux amis Jack & Roger, avec lesquels ou pour lesquels il va réaliser le dernier coup tordu de sa vie.
Car, Léon nous conte les uns après les autres les passages de son histoire, son grand-père, sa mère, son père.
« Mon père s’est tué à vouloir me sauver »
Ses histoires d’amour aussi, ses aventures & mésaventures sur les océans et sur d’autres continents, notamment au pied des chutes d’Iguazu.

L’avis de Ceriss

Derrière ce titre racoleur, se cache l’histoire d’une vie celle de Léon Sannec racontée avec tellement de justesse. La plume est douce, belle, nostalgique, bien rythmée, ironique, drôle, caustique, mélancolique aussi.
Le titre c’est justement ce qui m’avait attiré dans les rayons de ma librairie, et puis quand j’ai vu que l’auteur avait 2 ans de moins que moi ça a encore plus attisé ma curiosité. Et franchement j’ai très bien fait.
Un vrai coup de cœur pour ce livre très bien mené du début à la fin, l’aller-retour entre présent et passé ne laisse pas de place aux temps morts. On a à la fois envie de connaître l’évolution des aventures des 3 éclopés, mais aussi de connaître les tenants et les aboutissants de la vie de ce cher Léon, puisque comme souvent les faits présents ne font que répondre en écho à nos actes passés.
Et Ceriss sur le gâteau, lol l’auteur nous parle d’une notion qui m’est chère : « mektub », pas le site de rencontres par internet que certains connaissent, mais l’exclamation qui exprime la fatalité ou plutôt, et je préfère, la destinée !
Mais mieux que mes mots, je vous retranscris les mots de cet auteur, dont le titre suivant La femme comète vient de rejoindre ma wish list.
«  Est-ce que j’ai envie de savoir pourquoi ? Non, je m’en fous comme de ma première dent. Si j’avais un jour voulu savoir pourquoi les gens vont bien ou mal, j’aurais acheté un divan. »
«  Les malheurs des autres ont très peu d’effet sur moi. Ils font partie de la vie. On ne peut pas vouloir jouir sans arrêt et refuser la merde qui tombe un jour ou l’autre sur notre tête. »
« On nous donne la vie et on nous donne la mort en même temps. Entre les deux c’est à nous de nous débrouiller. Il n’y a rien à regretter car peu importent les décisions que nous prenons, elles ne sont ni bonnes ni mauvaises. Elles sont un point c’est tout. Peu importent nos décisions, on continuera de nous juger tant que notre corps tiendra. La chance de vieillir. »
Une dernière phrase que j’affectionne particulièrement :
«  Je suis là pour être libre de ne rien foutre. Moi j’ai plaisir à m’emmerder. Les autres s’emmerdent, c’est tout. »

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. le titre effectivement laisse présager d’un livre au ton acide !
    ça à l’air sympa !

    J'aime

    1. Oui je te le recommande vivement !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s