​« Il tombera du boudin grillé avant que je te file un porcelet de plus ! »

Les Mystères de Laripsem

Tome 1 . Le sang jamais n’oublie

Lucie PIERRAT-PAJOT

Gallimard Jeunesse

wp-image-1404594801jpg.jpg

Synopsis :

Larispem, 1899.

Dans cette Cité-État indépendante où les bouchers constituent la caste forte d’un régime populiste, trois destins se croisent.

Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux.

Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l’ombre d’une société secrète vient planer sur la ville. Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution ?

Maraudeuses, sabotages d’automates, livre indéchiffrable: au fil des ruelles de Paris se dessine un monde rétro futuriste captivant.

L’avis de Ceriss :

Je pensais que ce style de roman ne me correspondrait pas et bien j’avais tort…et pas qu’un peu.

Attirée dans un premier temps par cette couverture que je trouve très belle, j’ai eu envie de tenter cette lecture.

Bien que pleine d’a priori, les uchronies ne m’attirent pas, le steampunk  très peu et l’aspect fantastique en général achève de m’enlever toute envie de lecture ; là ma curiosité fut néanmoins piquée et m’a poussé à entamer ce roman.

J’ai vraiment bien fait car ce roman est un petit bijou.

Tout est dans le détail, la précision, tant l’intrigue que les personnages. On sent vraiment le travail de l’auteur et ça rend la lecture agréable et passionnante. J’ai découvert l’argot des bouchers, dont je ne soupçonnais même pas l’existence et quelle belle découverte.

De nombreux clins d’œil et parallèles sont faits à notre présent.

Autre atout, c’est un roman indéniablement féministe, qui voit à la tête de la Cité-ville de Laripsem une Femme Présidente en cette année 1899, c’est tout simplement génial !

Voilà un roman primé au concours du roman jeunesse de Gallimard mais qui pour moi s’adresse comme Tintin aux lecteurs jusque 77 ans

Seul reproche que je peux faire à ce roman, c’est sa fin un peu brute de décoffrage, bien que l’on sache qu’un deuxième tome arrive.

Celui-ci est effectivement indispensable, car ce volet ne se suffit absolument pas à lui-même, il pose les bases, le cadre de l’histoire mais n’apporte finalement aucune réponse à nos interrogations.

En attendant la sortie du Tome 2 prévue pour mai 2017 (d’après ce que j’ai lu), je pense me pencher sur le précédent lauréat du prix Gallimard jeunesse, mais aussi dans les œuvres de Jules Verne que je ne connais pas, et que ce roman m’a donné envie de découvrir.

Dernier avantage, et non des moindres : je peux désormais jurer devant Lapinou & Ananas sans me faire prendre… Lerdemoc, petit Lalaudsem !

Citations :

« C’était en plein liverdoc : il neigeait, il faisait un froid de gueux, et pourtant elle a plongé sans hésiter. On m’avait tiré dessus et elle a réussi à empêcher que je me vide de tout mon raisiné avec son fichu à fleurs. »

« La beauté que ce soit celle de l’art ou de la technique doit appartenir à tous. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s