« Ne me laisse pas Maman, le loup vient quand tu n’es pas là. »

Un fils parfait.

Mathieu MENEGAUX

Editions Grasset

wp-1487657656653.png

Synopsis :

Maxime, enfant unique d’Élise,  a tout du fils parfait : brillantes études et carrière fulgurante ; c’est un mari aimant comme un père attentionné. Un jour, sa femme Daphné va découvrir la faille dans ce tableau idyllique. Le conflit est inévitable : il sera sans merci. Jusqu’où une mère doit-elle aller pour protéger ses filles et faire valoir ses droits, alors que personne n’accepte de la croire ?

Inspiré par une histoire vraie, Mathieu MENEGAUX  nous livre ici le récit poignant du combat d’une mère contre la machine judiciaire.

L’avis de Ceriss :

Pour la seconde fois Mathieu MENEGAUX m’a tenu en haleine d’un bout à l’autre.

Il est des romans que l’on ne peut quitter. Des romans dont on pressent l’issue, mais dont on doit impérieusement la lire en toutes lettres. Un fils parfait est de ceux- là.

Le thème du roman, l’inceste est un sujet dur, pesant et tragique par essence. Étant maman de deux filles, je n’ai pu que me projeter dans cette histoire.

Car une nouvelle fois l’auteur a choisi de confier le récit à une femme, Daphné. Qui par une lettre adressée à la propre mère du père incestueux, livre son témoignage.

C’est donc une femme qui est aux rênes du roman, elle nous donne sa version, et retrace l’étau de la tragédie qui s’est refermé d’abord sur ses filles puis sur elle. Daphné ne cache rien de ses questionnements, de ses doutes, de ses hésitations, de ses maladresses et de ses erreurs.

Ce deuxième roman est l’occasion pour Mathieu MENEGAUX de disséquer notre système judiciaire pénal et ses affres, il met le doigt là où le bas blesse, selon que vous serez puissant ou misérable… J’ai bien entendu été sensible à tous ces développements. La Justice et ses imperfections, inhérentes au fait qu’elle soit faite par des hommes, est un thème qui m’a toujours passionné.

Le style est parfait, concis, précis et fluide. Rien est en trop.

Mon seul bémol viendra de l’épilogue, sans justification le roman aurait eu tout autant de valeur, si ce n’est plus ! [Et je dirais même que ça m’a fait me rappeler que l’auteur était un homme.]

Voilà si ce n’est pas déjà fait, franchissez le Rubicon et lisez les romans de Mathieu MENEGAUX, vous ne le regretterez pas.

Citation :

« Il était une évidence et moi une parfaite idiote amoureuse. »

« Je suis leur mère. Je suis la louve, je leur ai donné la vie et c’est à moi et moi seule que revient le devoir de les éduquer, de les protéger et d’en faire des adultes capables à leur tour d’affronter la vie et de la perpétuer. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s