« Seule et folle. Qui pour me comprendre ? Personne. Qui pour me pardonner ? Personne. Qui pour me juger ? Toutes et tous. »

Je me suis tue

Mathieu MENEGAUX

Editions Points

Synopsis :

Un dîner en ville. Au menu, nourriture bio, affaires et éducation des enfants. Claire s’ennuie et décide de rentrer seule à vélo. Elle ne le sait pas encore mais sa vie vient de basculer. Tour à tour victime puis criminelle, Claire échoue en prison et refuse obstinément de s’expliquer. A la veille de son jugement, elle se décide enfin à sortir de son mutisme…

L’avis de Ceriss :

Attention, ce livre est un petit bijou, que dis-je un diamant 💎. 

Du coup, j’ai peur de vous en dire trop sur cette intrigue et ses composants si finement ciselés par l’auteur.

Sur Claire, le personnage central, qui nous livre au long du roman sa confession sur les événements pour lesquels elle va être jugée par la Cour d’Assise. Claire est une femme forte, accomplie, qui pense pouvoir contrôler sa vie et celle des autres, qui a voulu avoir la maîtrise sur les événements auxquels elle s’est retrouvée confrontée.

Sur cette tragédie pure, qui se déroule sous nos yeux. Cette tragédie, qui nous fait nous demander si sur quelque chose de mauvais, d’horrible, de terrifiant, on peut construire dans le silence quelque chose de bien, de beau, quelque chose qu’on a tant désiré.  Elle nous fait aussi réfléchir sur les conséquences de nos décisions, de nos choix, sur la force de nos convictions intimes.

Le texte est parfaitement écrit, pas de fioriture, les phrases sont courtes, précises, percutantes. J’ai aussi aimé l’écriture à la façon du film « On connaît la chanson », le texte étant ponctué d’extraits, de titres de chansons.

Ces extraits de chansons viennent colorer cette tragédie de sentiments, d’émotions ; et presque j’oserais dire que ce sont des petites bulles d’air qui permettent au lecteur de respirer.

Claire, Antoine et Pierre vont m’accompagner longtemps. Ce n’est pas une lecture dont on ressort indemne. Et je dirais même que c’est un roman idéal pour une lecture commune.

Voilà pour terminer cet article, j’ai juste envie de vous raconter cette anecdote : ma fille de 6 ans a l’habitude, à chaque fois qu’elle me voit lire un livre, de lire son titre à haute voix, et cette fois ci elle a dit « Je me suis tuée ». Au terme de ma lecture, quant j’ai posé mon livre, je me suis dit, ma fille avait raison, ce livre aurait pu avoir ce titre, les 2 versions sont valables, elle s’est tue autant qu’elle s’est tuée.

N’entamez cette lecture que si vous avez deux heures devant vous car il vous sera impossible de le reposer avant de l’avoir terminé, mais surtout entamez là !

Et pour ne pas vous en dévoiler trop, je me limite cette fois à une seule citation.

Citation :

« Oui. Oui, j’en serai capable. Je m’en persuadais. Après tout je tenais debout. Résiste. Prouves que tu existes. J’ai remis le téléphone dans mon sac. Ma décision était prise. La reconstruction avait commencé. J’ai marché, quitté le tunnel, retrouvé la nuit étoilée et contemplé la lune. J’ai pensé pêle-mêle à la nuit des loups-garous, à la nuit des morts-vivants, à la nuit des longs couteaux, à nuit et brouillard, et au fait que décidément rien ne s’oppose à la nuit. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s