« Aucun combat n’était jamais gagné sans espoir. »

Toxique

Nicko TACKIAN

Editions Calmann Levy

Synopsis :

Elle aime saboter la vie des autres.
Elle n’éprouve aucune empathie.
Elle poursuit un but.
Elle est toxique.

Mais ça, Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, ne le sait pas. Nous sommes en janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crime dépêche donc Tomar, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes. À première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 h », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il y paraît.

L’avis de Ceriss :

Voilà un bon polar, bien écrit et bien mené. On sent bien sûr la patte du scénariste tout au long du roman, des chapitres courts tenant en haleine le lecteur, permettant de passer d’un univers à l’autre, comme une partie de ping pong qui se déroulerait sous nos yeux.

La force du roman : sans conteste et sans alternative possible, son personnage principal Tomar Khan.

Tomar fait parti de ces flics que la vie a cabossé, mais qui se sert de ses fêlures pour mener à bien ses enquêtes. 

Comment ne pas s’attacher à Tomar ? L’auteur ne nous en laisse pas le choix, nous racontant son enfance brisée, ses cauchemars récurrents, sa volonté de protéger son frère Goran, son ex à laquelle il a du mal à renoncer, et son histoire hésitante avec sa jeune collègue Rhonda, totalement éprise de lui.

Vous saurez tout sur sa vie privée, petit à petit et jusqu’aux dernières pages vous en apprendrez encore.

Le souci c’est que du coup l’enquête passe presque au second plan. Mais heureusement, l’auteur nous balance des scènes crues, d’une violence sourde, qui vous raccrochent à notre intrigue. Car il y a bien une enquête à résoudre, celle du meurtre d’une directrice d’école maternelle, suivie très vite d’un pseudo suicide du coupable présumé.

Tout paraît simple à résoudre pour la cellule de la Crim en charge de l’enquête, sauf pour notre héros et son instinct infaillible. Car c’est à cet instinct qu’il va falloir se fier. C’est le seul reproche que je peux faire à ce très bon polar, tout repose sur les pressentiments et le ressenti de Tomar, et en même temps c’est ce qui en fait un très bon flic.

De pouvoir deviner derrière l’apparence la réalité d’une psychologie ; de déduire de simples gestes anodins, la complexité d’un être, ses tourments et ses errements, jusqu’à sa pathologie  elle-même. Chapeau bas !

Si l’on craint à un moment le pire pour le dénouement, c’est une fin « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. » que choisit l’auteur, et tous ceux qui ne sont pas dénués d’empathie s’en satisferont.

Je pense que Tomar reviendra bien vite dans d’autres enquêtes, car si on en apprend beaucoup tout n’est pas dit pour autant. Et je le suivrai volontiers dans ses prochaines enquêtes.

Citations :

« Son chemin était tracé dans les cendres jusqu’au fond du volcan. »

« Il ne faut jamais se moquer des petites filles qui jouent aux cow-boys, détestent la Reine des Neiges et déchirent en cachette leurs vêtements rose en rêvant de conduire une voiture de police. « Plus le garçon est manqué, plus la fille est réussie. » avait-elle lu un jour sur la couverture d’un magazine. »

« Elle s’était aventuré dans les couloirs menant à la cantine et lui avait servi une tête de biche aux abois perdue dans la forêt des sept nains, c’était le genre à vouloir sauver bambi. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s