« Mon cadavre flotte dans le reflet parfait de millions d’étoiles mortes, murmura-t-il. »

 

Hugo de la nuit

Bertrand SANTINI

Editions Grasset Jeunesse

wp-1489754440559.jpg

4ème de couverture :

Une nuit d’été.

Un enfant

Des fantômes

Un secret

 wp-1489754435545.jpg

L’avis de Ceriss :

« Oyez, oyez, visiteurs ! A en croire les épitaphes, les cimetières ne sont remplis que de personnages exemplaires. « Mère modèle », « Père parfait », « Ami fidèle »… Que d’éloges gravés dans la pierre. De toute évidence, la mort efface les petits travers ! L’honneur et la vertu comblent de gloire ceux qui ne sont plus ! Entrez donc dans un monde parfait ! Et suivez-moi ! La visite va commencer… »

D’entrée de jeu, une citation qui résume assez bien ce que j’ai apprécié dans ce roman. Si comme moi, les fantômes et les zombies ne sont pas votre passion, ce roman peut néanmoins vous plaire.

Je n’ai pas envie de parler de l’histoire, par peur de trop en révéler, c’est pourquoi, une fois n’est pas coutume, je n’ai même pas fait de synopsis.

J’ai juste envie de vous dire, laissez-vous tenter et suivez Hugo ce jeune garçon de 12 ans, dans ses aventures fantomatiquement fantasques par-delà le bien et le mal !

Certes, l’intrigue est un peu alambiquée, les personnages un rien caricaturaux, mais la plume reste plaisante et légère, légère, légère… Le livre se lit d’une traite, c’est agréable.

Et surtout l’auteur parsème son récit de « grain à moudre », de quoi réfléchir sur la mort, sur notre propre rapport à la mort, et même sur la possible existence « d’une vie après la mort » , pour peu qu’on ait envie d’y croire.

« En observant ce spectacle, Hugo songea, un peu déçu, que l’au-delà ne guérissait pas de tout et que l’on pouvait être mort et toujours être fou. »

Un roman jeunesse qui m’a fait beaucoup sourire, un peu rêver et qui m’a même appris de nouvelles insultes…que demander de plus !

Et puis un dernier atout : la beauté de sa couverture toute en dorure, c’est vraiment plaisant ces livres aux couvertures raffinées !

Citation :

« – Rends-toi compte de ta chance, fit la jeune femme en esquissant un sourire mélancolique. Maintenant que tu es mort, tu n’auras jamais d’enfant !

– Pourquoi ? s’étonna Hugo. Vous ne les aimez pas ?

– Bien sûr que si, mon chéri ! répliqua Adelaïde avec une douceur inattendue. Mais faire des enfants, c’est renoncer à sa propre existence. On prétend qu’il n’est pas de plus belle chose au monde et c’est un mensonge ! Les hommes font des enfants aux femmes dans le seul but de les maintenir cloîtrées dans leurs chambres.

– Je croyais qu’elles faisaient des enfants par amour ! dit Hugo.

Nicéphore se tourna brusquement, la bouche encore blanche de lait.

– Est-ce de l’amour que d’exposer la chair de sa chair aux maladies, à la religion, au travail forcé, à la guerre, à l’impôt, et aux tremblements de terre ? »

 

 

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. C’est vrai que la couverture est sublime *_* L’histoire a l’air assez particulière… Je vais l’ajouter à ma wishlist pour l’automne 🙂 Merci pour la découverte!

    J'aime

    1. De rien ! 🤗 je suis trop contente que mon avis ait pu te donner envie de le lire ! C’est pour ça que j’ai créé ce blog, alors j’attends ton avis pour la fin de cette année 😘

      Aimé par 1 personne

      1. Et bien tu as totalement réussi! Je pense vraiment qu’il fera partie de ma PAL automnale 🙂

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s