« Le verbe lire ne supporte pas l’impératif. Aversion qu’il partage avec quelques autres : le verbe «aimer» et le verbe «rêver».»

Comme un roman

Daniel PENNAC

Editions Folio

wp-image-1133197920jpg.jpg

4ème de couverture :

LES DROITS IMPRESCRIPTIBLES DU LECTEUR

1. Le droit de ne pas lire.
2. Le droit de sauter des pages.
3. Le droit de ne pas finir un livre.
4. Le droit de relire.
5. Le droit de lire n’importe quoi.
6. Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible)
7. Le droit de lire n’importe où.
8. Le droit de grappiller.
9. Le droit de lire à voix haute.
10. Le droit de nous taire.

L’avis de Ceriss :

Ce n’est pas un roman et pourtant ça se lit effectivement comme un roman !

C’est le 1er ouvrage de Daniel PENNAC que je lis, tadam ! Il était grand temps que je découvre cet auteur.

La rencontre avec cet essai, bien que totalement fortuite dans les rayons de ma médiathèque, est tombée pile poil au bon moment dans ma vie…de mère !
En l’occurrence, la réflexion menée par l’auteur débute par des parents qui se désolent des difficultés à lire rencontrées par leur fils adolescent, et de toutes les excuses et objections généralement répandues par l’entourage à ce sujet.

C’est l’occasion, ensuite de faire défiler toute l’évolution de la vie d’un « lecteur » du miracle de son premier mot lu, aux lectures imposées au cours de sa scolarité, en passant par l’incontournable « histoire du soir » et aux lectures inavouables et pourtant indispensables, souvent qualifiées de « romans de gare » ou pire encore.

« L’envoyer au lit sans lui raconter son histoire, c’était plonger sa journée dans une nuit trop noire. Et c’était le quitter sans l’avoir retrouver. Punition intolérable, et pour lui, et pour nous. »

Daniel Pennac démonte, ainsi et avec humour, un à un l’ensemble des poncifs généralement avancés comme excuses pour ne pas lire, ou comme justifications formulées aussi par celles et ceux qui se prétendent eux-mêmes n’être pas des lecteurs assidus & accomplis.

Mais surtout, il termine en mettant en avant les sacro-saints droits du lecteur, et se faisant il parvient à décomplexer ces mêmes lecteurs. Il nous rappelle que l’acte de lire devrait toujours n’être associé qu’aux concepts de liberté, de plaisir et de bonheur, et non pas à ceux d’obligation, de supplice voir même d’ennui.

Alors, même si le lecteur qui sommeille en vous n’a pas eu l’occasion de croiser sur sa route un professeur émérite, tel qu’il en est fait le portrait dans ces quelques pages, tout n’est pas perdu pour autant !
La lecture de cet essai, j’en suis sûre, parviendra à vous décomplexer et à vous donner l’envie de retenter la magnifique aventure de la lecture.

« La question n’est pas de savoir si j’ai le temps de lire ou pas (temps que personne d’ailleurs ne me donnera), mais si je m’offre ou non le bonheur d’être lecteur. »

Personnellement, j’ai pris note de quelques classiques que je n’ai jamais tentés et que Daniel PENNAC a su rendre tellement tentants !

Ce texte a su calmer mes angoisses et même me donner quelques pistes pour renforcer ce goût de la lecture, ou le conforter chez mes deux zhuzhus, lectrices en herbes qui sont encore loin de l’adolescence, mais font leur premiers pas de lectrices, premiers pas si précieux à mes yeux.

A toi, mon ami lecteur qui passe par là, pour conclure j’ai quand même bien envie de dire :

« Lis Comme un roman ! Lis-le ! »

Même si je sais que tu as parfaitement le droit de ne pas le lire, de ne pas le terminer ou d’en sauter quelques pages…ouais à la rigueur, seule la dernière option est concevable et encore…

Citations :

« Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même. »
« Ce que nous lisons, nous le taisons. Le plaisir du livre lu, nous le gardons le plus souvent au secret de notre jalousie. »
« Que des livres puissent à ce point bouleverser notre conscience et laisser le monde aller au pire voilà de quoi rester muet. »
« La vie est une entrave perpétuelle à la lecture […] le temps de lire est toujours du temps volé. […] le temps de lire comme le temps d’aimer dilate le temps de vivre. »
«  Je n’ai jamais eu le temps de lire, mais rien jamais n’a pu m’empêcher de finir un roman que j’aimais. »

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. J’avais déjà lu les phrases du résumé mais je ne savais pas qu’elles reflétaient en réalité un livre de Pennac! Tu m’as tellement donné envie de le lire :O Je l’ajoute tout de suite à ma wishlist!! Merci pour ce bel avis 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Il a rejoint « mes » classiques ! Vraiment une belle réflexion sur la lecture !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s