« Moi, j’avais eu peur d’être un nul, de ne pas être à la hauteur, de me planter et de rater ma vie. Du coup, j’étais un nul, je n’étais pas à la hauteur, je me plantais et j’étais en train de rater ma vie. Ça aurait pu durer comme ça jusqu’à ma mort. »

Et il me parla de cerisiers, de poussières et d’une montagne…

Antoine PAJE

Editions POCKET

Synopsis : 

Il faut parfois toute une vie pour apprendre à marcher…

Certaines rencontres peuvent-elles changer le cours d’une existence ? Assurément. Une extraordinaire leçon de vie attend Paul Lamarche, Paul qui pense que réussir sa vie, se résume à… réussir.

Un Noir américain à la carrure d’athlète rencontré en prison et un puissant homme d’affaires japonais qui parle de cerisiers et de poussières, d’autres encore, lui permettront enfin de comprendre que l’on ne réussit que lorsque l’on se met debout. Paul admettra enfin que les peurs ont mené sa vie jusque-là. On ne peut marcher que lorsqu’on dépasse les craintes qui nous entravent tous et nous empoisonnent. La vie est au bout du chemin.

Un roman tour à tour parabole moderne de la découverte de soi, récit d’une amitié profonde et histoire d’amour incandescente.

Mon avis :

De quoi avez-vous peur ? Je ne vous parle pas d’araignées, de serpents, ou bien encore de la peur de vomir, d’étouffer, des grands espaces ou des espaces confinés. Non je ne vous parle pas de phobies.

Mais quelles sont ces peurs qui vous pourrissent la vie ? Qui vous empêchent d’avancer ? Peur de l’échec ? Peur de décevoir quelqu’un ? Peur de ne plus être aimé ? Peur du changement ? Peur de passer à côté de quelque chose ? Peur de perdre son travail ? Peur de déplaire à son patron ? Peur de se fâcher avec son meilleur ami ? Peur de perdre la confiance de l’être aimé ?

Alors ce roman vous promet à travers l’histoire de ce cher Paul Lamarche, de vous aider à vous mettre sur vos deux jambes et à enfin marcher. Vaste programme très alléchant s’il en est.

Mais voilà, cette lecture fut pour moi une coquille vide…malheureusement un éléphant accouchant d’une souris, malgré un synopsis plus que prometteur.

L’auteur nous retrace des moments clés de la vie de Paul, censés nous permettre de suivre son évolution, mais en fait ce ne sont que des clichés qui nous sont proposés.

Dur, dur et un peu trop facile selon moi. 

Je m’attendais à un livre de développement personnel et je me suis retrouvée à lire un ramassis de poncifs empreints de racisme : la jeune pute latino-américaine, le prisonnier qui est forcément noir et prêtre de son état,  le japonais avare de paroles, mais très digne et très sage, le patron qui passe à côté de sa vie parce qu’il ne pense qu’à réussir, qu’à la rentabilité de sa société sans même en voir « l’aspect humain » , et enfin l’amour qui chamboule sa vie et se manifeste, comme de bien entendu, sous les traits d’une bobo écolo humaniste, vivant à la campagne au milieu de livres dans un décor de brocante, mais qui bien sûr est d’origine anglaise, my dear ! Et ces clichés s’avèrent même sexistes … la coupe est pleine, mon brave !

Et encore si ce n’était que ça, mais quand l’Amour frappe à sa porte, ce brave Paul, tellement à l’écoute de cette femme exceptionnelle, ne pense même plus au sexe ! Aaaahhhhh l’amour, le vrai, l’unique ! Si magique, que l’homme qui se lève et marche enfin sur ses deux jambes en oublie alors jusqu’à son propre entrejambe !!! C’est beau, c’est riche d’enseignements … non ??? Non !

En fait tout est dit dans l’avant-propos & l’introduction, doublés de l’épilogue I & l’épilogue II, c’est d’ailleurs bizarre ce doublement en début et en fin de livre…

Bref, ce roman a pour seul avantage d’être court et de se lire vite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s