« Ni insolente, ni gâtée, elle jouissait de la force de ceux qui ne croient pas en l’avenir parce que l’avenir ne leur fait pas peur. L’avenir est une notion abstraite qu’ils dédaignent parce qu’ils savent d’emblée que tout ira bien. »

Trois saisons d’orage

Cécile COULON

Editions Viviane HAMY

Synopsis :

Les Fontaines. Une pierre cassée au milieu d’un pays qui s’en fiche. Un morceau du monde qui dérive, porté par les vents et les orages. Une île au milieu d’une terre abrupte. Je connais les histoires de ce village, mais une seule les rassemble toutes. Elle doit être entendue. L’histoire d’André, de son fils Benedict, de sa petite-fille, Bérangère. Une famille de médecins. Celle de Maxime, de son fils Valère, et de ses vaches. Une famille de paysans. Et au milieu, une maison. Ou ce qu’il en reste.

Trois générations confrontées à l’Histoire et au fol orgueil des hommes ayant oublié la permanence hiératique de la nature.
Saga portée par la fureur et la passion, Trois Saisons d’orage peint une vision de la seconde partie du XXe siècle placée sous le signe de la fable antique. Les Trois-Gueules, «forteresse de falaises réputée infranchissable», où elle prend racine, sont un espace où le temps est distordu, un lieu qui se resserre à mesure que le monde, autour, s’étend. Si elles happent, régulièrement, un enfant au bord de leurs pics, noient un vieillard dans leurs torrents, écrasent quelques ouvriers sous les chutes de leurs pierres, les villageois n’y peuvent rien ; mais ils l’acceptent, car le reste du temps, elles sont l’antichambre du paradis.

Mon avis :

Voilà une très belle tragédie familiale. Les personnages sont tous particuliers et fort attachants. Trois générations se succèdent dans ce cadre rural très joliment dépeint. Un drame dans lequel s’oppose la passion et la raison.

Si l’intrigue est bonne, le récit aurait mérité d’être allégé. Beaucoup trop de répétitions, de faits redits sous une autre forme, mais qui en fin de compte, n’apportent rien de plus. Le roman aurait pu être écourté d’une cinquantaine de pages et aurait gagné en fluidité et limpidité.

Néanmoins, je trouve que la tension est vraiment palpable entre Agnès et Valère et qu’on la ressent, on la voit évoluer au fur et à mesure des chapitres.

J’aurai aimé avoir plus d’explication sur certains points qui ne sont qu’à peine effleurés voir même ignorés. Par exemple, je regrette particulièrement que l’on entende pas la voix de Bérangère qui est pourtant au cœur de cette tempête. Dommage.

Il n’en reste pas moins que ce fut une belle lecture agréable et qui m’a donné envie de découvrir d’autres romans de cette auteur.

Citation :

« Sa fille devrait choisir.

Comme elle. Choisir qui aimer, où travailler, où vivre. Quelles erreurs commettre. Dès qu’elle imaginait l’avenir de Bérangère, Agnès se rendait compte qu’elle avait grandi trop vite. Elle serait bientôt femme ; dans un village perdu au fin fond du pays, où rien ne l’attendait sinon ses parents, sa maison et un gentil garçon né aux queux des vaches. Bérangère devrait décider. Inquiète, Agnès anticipait les réactions de sa fille, des images de son adolescence revenaient comme une marée imprévue, elle se sentait défaillir sous le poids, la vitesse du temps qui passe. Agnès avait oublié ce que signifiait choisir. Pour elle, cela avait été facile. Les bons choix. Sans faux pas, sans caprice, sans délire. Tout lui avait paru si simple, si net, dans son bureau, face à Benedict. Son monde tel qu’il était aujourd’hui, cette grande maison, cette fillette qui n’en était déjà plus une, ces deux hommes qui vieillissaient à leur rythme, sous le même toit, avec la même envie de garder intact ce palais, cette famille, cette douceur qu’ils avaient créée, toutes les pièces s’assemblaient en un puzzle magistralement construit. »

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. amaryllis58 dit :

    Il me reste celui-ci à lire. J’aime beaucoup sa plume. Je le garde.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s